En tête à tête avec Robin Chauchot

En cette période sans actualité sportive, retrouvez une longue série d’interviews des joueuses et joueurs de l’A.L.B.E.U ! Continuons avec Robin Chauchot, président de la section sport-boules lyonnaise de l’A.L.B.E.U et membre du conseil d’administration de l’association.

Pour commencer cette interview, peux-tu te présenter stp ?
Robin Chauchot, 29 ans. Je suis chargé de communication et habite à Lyon depuis 2013 (originaire des alentours de Clermont-Ferrand).
Président de la section sport-boules lyonnaise de l’A.L.B.E.U et membre du conseil d’administration de l’association.

Quelles sont tes occupations extra-professionnelles, à part jouer aux boules bien sûr ?
La première est, la vie associative, sportive particulièrement. Aider les clubs, comme bénévole dans mes plus jeunes années, puis aujourd’hui en tant que dirigeant associatif, est une vraie passion. Je me souviens encore quand le président de mon tout premier club de tennis, qui souhaitait engager une équipe jeunes en compétition, m’a dit « j’aimerais que tu sois le capitaine de l’équipe ». Je ne sais plus vraiment à quoi j’ai alors pensé, mais, du haut de mes 11 ou 12 ans, j’ai accepté (en demandant tout de même à mes parents au préalable 🙂 ). Bien entendu, ce n’était pas “grand-chose” mais cet épisode a sûrement contribué à mon intérêt pour l’associatif sportif.

Aujourd’hui, j’ai la chance d’être très impliqué au sein de notre formidable association qu’est l’A.L.B.E.U Sport-Boules (située dans le Huitième arrondissement de Lyon) et qui a été, à mon arrivée sur Lyon, une magnifique découverte (nous y reviendrons plus loin) !
Ayant repris le tennis il y a peu, dans le club très sympathique du Huitième arrondissement de Lyon, je fais également partie de son conseil d’administration.

Choisissant Lyon en 2013 comme lieu pour terminer mes études, j’ai très vite été passionné par cette belle ville, son patrimoine architectural, son histoire…j’ai même créé un blog (SecretsdeLyon.fr) à ce sujet, suivant une ligne éditoriale différente de ce que l’on peut consulter habituellement là-dessus, en présentant les endroits méconnus et insolites de la ville; mais je n’ai plus le temps de l’alimenter.

Mon implication à l’A.L.B.E.U m’a aussi permis, petit à petit, de participer plus globalement à la vie locale et sportive du « Huitième », en lien avec l’Office des Sports de l’arrondissement (présidé par Denis Million) et en étroite relation avec la mairie et l’adjoint au Maire du Huitième arrondissement de Lyon délégué au sport, Karim Matarfi. Et, plus récemment, à la vie publique de l’arrondissement en ayant la chance de m’engager assez activement au sein d’une équipe candidate aux élections municipales et métropolitaines de Lyon.

As-tu pratiqué d’autres sports et est-ce encore le cas aujourd’hui ?
Plus jeune, j’ai essayé nombre de disciplines, du judo à la natation en passant par le foot, sans grande réussite ! Ce n’est qu’en découvrant le tennis, d’abord à la TV (Roland Garros et les épopées de Coupe Davis des années 2000) ou dans « Tennis Magazine », puis en prenant ma première licence que j’ai découvert un sport qui me plaisait énormément…à vrai dire j’étais complètement dingue de tennis, j’allais jouer tous les jours ou presque avec mes coéquipiers et je ne parlais que de ça.

Passionné par le cyclisme sur route, j’ai aussi fait pas mal de vélo de route (il y a de belles routes sympas et pentues autour de chez mes parents, dans la montagne bourbonnaise) mais jamais en club.

Commençant (de manière très balbutiante) la course à pied vers mes 20 ans, nous nous sommes ensuite lancé un défi avec un ami : courir (et terminer) le marathon de Paris ! Alors étudiant en S.T.A.P.S et très expérimenté en athlétisme, mon ami nous a fait suivre une préparation poussée grâce à laquelle nous avons couru et terminé le marathon en 2012. Depuis, le goût de la course à pied ne m’a pas quitté ; je cours toujours, plus ou moins régulièrement, et participe à quelques courses de temps en temps, grâce à tout ce que j’ai pu apprendre durant cette « prépa marathon ».

Enfin, aujourd’hui, parallèlement au sport-boules lyonnaise, j’ai repris depuis 2 saisons une licence de tennis, simplement pour rejouer un peu (c’est dur !) et me « faire plaisir », au sein du Tennis Lyon Huitième, un club sympathique et familial !

Tes goûts musicaux ?
Au fil des années j’ai écouté « de tout » ! Bon je ne vais pas m’étaler sur le sujet car cela pourrait déclencher quelques fous rires chez nos lecteurs 🙂 !  Aujourd’hui, je suis plutôt adepte de musique électronique, type Jean-Michel Jarre. Mon artiste préféré, pour n’en citer qu’un : Rone.

Ton film préféré ?
J’adore regarder des films, le cinéma… où j’essaye d’aller le plus souvent possible. J’apprécie beaucoup la science-fiction ainsi qu’énormément de longs métrages de différents réalisateurs ; mon film préféré est Interstellar, de C. Nolan. Avec, non loin derrière :  Shutter Island de M. Scorsese et Reservoir Dogs de Q. Tarantino.

A quel âge as-tu commencé le sport-boules lyonnaise ? Comment as-tu découvert notre discipline ?
J’ai découvert la discipline grâce à mes parents, boulistes tous les deux. Du côté de mon père (bon bouliste de 2e division il n’y a encore pas si longtemps, et toujours capable aujourd’hui malgré ce qu’il en dit 😉 ), un de mes oncles et mon grand-père pratiquaient ; mes grands-parents maternels, tenaient, pour l’anecdote, un restaurant/bar bouliste à Lyon, rue Gorge de Loup, dans les 60’s ! Mon père, ma mère et mon oncle jouent toujours actuellement. Nathan, mon frère, a également pratiqué dans sa jeunesse et a repris une licence cette année, sur Clermont-Ferrand, à la Boule Gergovia.
Découvrant ce sport quand j’étais tout jeune, mais donnant ensuite la priorité au tennis, je ne pouvais pas jouer de façon régulière. J’allais avoir 15 ans quand j’ai réellement débuté, à la veille de rentrer en classe de seconde au lycée.

Dans quels clubs as-tu évolué tout au long de ton parcours bouliste ?
J’ai commencé et ai été longtemps adhérent à la boule Vichyssoise, où mes parents étaient alors licenciés. J’ai ensuite joué 2 saisons à la Boule de Beauséjour Vichy, avant de pratiquer sur Clermont-Ferrand, où je faisais mes études, au Stade Clermontois section Boules (un petit bonjour au passage à mes amis du club, et notamment à la famille Pradines 🙂 Gaëtan et Julien, que je remercie vivement de m’avoir proposé de venir m’entraîner au Stade Clermontois dès mon arrivée à Clermont ! Que de belles années ensuite à vos côtés !). Puis, arrivant sur Lyon, j’ai joué une saison à la Boule Ravat Confluence (toutes mes pensées aux licenciés, à l’équipe bénévole et aux dirigeants, qui ont malheureusement été récemment très endeuillés) avant de devenir licencié de l’A.L.B.E.U.

Peux-tu nous présenter ton palmarès ?
Il est bien maigre ; vice-champion de France en club sportif avec l’A.L.B.E.U en Nationale 4, si tant est que nos fidèles internautes jugent que cela rentre dans un palmarès 🙂

Quel est ton poste ou ta formation favorite ?
Le principal est à mon sens de jouer avec des personnes que l’on apprécie et de passer un bon moment sur le terrain, dans la victoire comme dans la défaite; peu importe le poste, même si j’ai une préférence à jouer pointeur second en quadrette.

Ton meilleur souvenir bouliste ?
Beaucoup de bons souvenirs avec mes amis, à l’A.L.B.E.U comme ailleurs (et notamment au Stade Clermontois), me viennent à l’esprit mais il est impossible de tous les mentionner. Pour n’en choisir qu’un : le quart de finale du championnat de France des clubs sportifs Nationale 3 (2018), face à Bagnols-sur-Cèze. Cette rencontre avait lieu tout juste an après avoir perdu contre la même équipe en finale du France en N4. Le tirage au sort avait alors déterminé que nous jouerions le match à domicile !

Après les 3 premiers tours, l’équation était simple : nous devions gagner les 4 parties du dernier tour sans laisser un seul point de bonus défensif à nos adversaires si nous voulions l’emporter ! Autrement dit mission quasi impossible.
Et pourtant, à l’A.L.B.E.U, dans une ambiance de folie et avec nos joueurs qui se sont sublimés, nous avons réussi à remporter les 4 parties en ne laissant qu’un point de bonus aux adversaires. Résultat après le match : match nul, 22/22 ; nous revenions de très loin ! C’est l’épreuve d’appui qui décida alors de l’équipe rejoignant les demi-finales,  épreuve à laquelle nous nous sommes malheureusement inclinés.
Malgré la « défaite », cela reste pour moi un souvenir mémorable, tant par l’ambiance, tout simplement dingue, que nous avons connue ce jour-là au sein du boulodrome, que par la réaction et la qualité de jeu de nos joueurs qui se sont vraiment sublimés au moment opportun, malgré toute la « pression » engendrée par l’enjeu sportif de taille.
Merci encore à l’ensemble de nos supporters présents ce jour-là et pour leur fidèle suivi depuis de nombreuses années.

Ton pire souvenir ?
J’ai toujours essayé d’avoir en tête ce que mon père me répétait à longueur de temps quand j’étais plus jeune « apprends à perdre avant d’apprendre à gagner ». Ainsi, je n’ai pas de pire souvenir, même si quelque chose m’a tout de même marqué dans ce sens-là. Je commençais à peine les boules et, en catégorie jeunes, nous avons joué avec mes partenaires la partie qualificative pour les championnats de France. La partie s’est déroulée et, sur une fin de mène, j’ai eu la « boule de gagne » au tir. Je l’ai tapée mais l’arbitre a sifflé et a annulé la boule car j’avais mordu la raie lors de la course d’élan…cela ne s’est pas joué que là-dessus bien entendu, mais nous avons fini par perdre la partie et la qualification au championnat de France qui va avec…

Comment as-tu découvert l’A.L.B.E.U et depuis quand y es-tu licencié ?
Lors de mon arrivée sur Lyon, j’ai commencé après quelques temps à jouer à la Boule Ravat Confluence. Hasard du calendrier, notre premier match de la saison en club sportif nous a opposé à l’équipe de l’A.L.B.E.U. J’ai rencontré ce jour-là des joueurs qui sont depuis devenus mes amis, reçu un accueil génial et découvert une association de laquelle je ne suis en fait plus jamais reparti !

Comment vois-tu notre club, notre équipe de club sportif et l’état d’esprit qui y règne ?
L’A.L.B.E.U Sport-Boules est pour moi une association formidable, fonctionnant depuis 90 ans grâce à ses fidèles bénévoles dévoués, à ses partenaires, institutionnels et privés, et à ses dirigeants. J’en profite d’ailleurs pour remercier sincèrement chacune et chacun d’entre eux. Son histoire regorge de récits de réussites sportives et associatives passionnants ! C’est un vrai lieu de vie et de rencontres où toutes les générations cohabitent chaleureusement au sein des différentes sections : événements culturels, conviviaux, sociaux et caritatifs sont organisés tout au long de l’année. L’état d’esprit y est incroyable, et ce entre les jeunes et les moins jeunes. Une véritable famille !

Depuis plusieurs années, déjà, notre association étend son développement sur le plan sportif avec :

  • La création de l’équipe de club sportif, regroupant de nombreux joueurs formés au club et surtout “une vraie bande de potes”. 6 saisons, déjà, qui ont vu l’équipe glaner un titre de vice-champion de France, participer à plusieurs quarts des France et cette année, à une demi-finale.
  • La création de deux équipes de “trad” nationales : une “quadrette” masculine 2e division et, depuis cette année, une “doublette” féminine 2e division. Ces deux formations représentent, tout au long de la saison, les couleurs de l’A.L.B.E.U au 2e plus haut niveau de compétition “traditionnelle” et obtiennent des résultats très satisfaisants.
  • L’obtention de plusieurs résultats probants lors de participations de nos équipes à des championnats départementaux, régionaux et nationaux tout comme au trophée des clos boulistes de la Ville de Lyon.
  • L’organisation de plus de 15 compétitions boulistes de tout niveau chaque saison, avec plusieurs concours, masculins et féminins, de haut rang où nous avons le plaisir d’accueillir certaines et certains des meilleurs joueurs de France, comptant des titres et des sélections nationales. Merci à l’amicale du Bachut et l’Asbmnm, clubs du Huitième, grâce auxquels nous pouvons proposer le nombre important de terrains de jeu nécessaires au bon déroulement de certaines de ces “grandes” compétitions. Une véritable coordination des sociétés boulistes de notre arrondissement !

Un petit mot ou une anecdote à raconter en lien avec tes saisons passées à l’A.L.B.E.U ?
J’aurais honnêtement plusieurs dizaines d’anecdotes à raconter mais pour n’en trouver qu’une, et sur le plan sportif, la voici.
En 2018, belle année sportive pour l’A.L.B.E.U avec pas moins de 5 qualifications aux différents championnats de France, 2 de nos équipes (une en 4e division, une en 3e) s’étaient qualifiées au France quadrettes, qui avait lieu à Aurillac ; c’est avec grand plaisir que j’ai alors accompagné les joueurs.
Le premier jour de compétition, l’équipe de troisième division réalise un beau parcours et se retrouve opposée lors de la dernière partie de la journée à une équipe venant d’Auvergne, composée de joueurs que je connais plutôt bien. De bons joueurs au demeurant, notamment très bon pointeurs, surtout sur des terrains tels qu’ils étaient, très sableux. Je me suis franchement dit que la partie allait être compliquée et serrée. C’est alors que Romain et Quentin Gisbert, Jo Paillet et Laurent Berthelet (Jérôme Jury était remplaçant sur cette partie) composant l’équipe ont réalisé une partie absolument extraordinaire.

Jo, qui pointe de tête, ne quitte pas le but comme on dit. Tout comme Laurent, pointeur second, qui en plus réalise un 100 % sur les boules qu’il a à tirer. Quentin, tireur en premier, ne fait pas un seul trou de la partie tout en réalisant plusieurs carreaux en place et Romain, tireur en second, est aussi intraitable avec plusieurs carreaux en place, un “ciseau” invraisemblable et un but à l’addition. Une partie incroyable à vivre aussi en tant que spectateur, même si elle fut ainsi assez courte (4 ou 5 mènes, de mémoire) et « à sens unique ».

Je garde un souvenir impérissable de celle-ci, partie durant laquelle chacun des joueurs « n’a pas manqué de boules » et ajouté en plus énormément de carreaux, pour les tireurs. Ce n’est pas facile de le retranscrire par écrit mais je vous assure que c’était incroyable ! D’ailleurs, des représentants et responsables de clubs auvergnats présents ce jour-là n’ont pas manqué de me glisser quelques commentaires amicaux montrant qu’ils avaient été abasourdis par le niveau de jeu produit par notre équipe !

Quelles sont tes ambitions pour les saisons à venir, collectives et personnelles ?
Je souhaite que les couleurs de l’A.L.B.E.U brillent le plus possible au travers de notre équipe de club sportif qui évoluera la saison prochaine en Nationale 2, de nos équipes nationales de 2e division féminine et masculine et des résultats d’ensemble de nos licencié(e)s.
Avec notre équipe dirigeante qui se rajeunit régulièrement, nous ferons tout pour continuer à développer, à faire rayonner et à faire vivre, aussi bien humainement que sportivement, notre association (née en 1927 et faisant partie de l’histoire de notre arrondissement), et à porter haut ses couleurs, celles du Huitième et de la Ville de Lyon.

T’entraînes-tu souvent ?
Pour être honnête pas vraiment, principalement par manque de temps.

Si tu pouvais remonter le temps et que tu avais la possibilité de donner un conseil au petit garçon (bouliste) que tu étais, quel serait-il ?
« Profite de chaque moment, tout cela passe si vite ! »

Une question que tu aurais aimé que l’on te pose durant cette interview ? N’hésite pas à y répondre.
Joker !

Qui souhaites-tu voir interviewé lors du prochain portrait. Quelle question supplémentaire veux-tu lui poser ? Nous lui poserons !
Damien Baldi !
Ma question : Damien, nous allons prochainement remettre en place des « défis sportifs », comme nous avons pu le faire il y a quelques temps, notamment entre Fred et Philippe ; défi qui avait donné lieu à une opposition restée dans les mémoires (voir la vidéo). J’imagine que, tout naturellement, tu seras opposé à Pierre-Henri sur un tir progressif. Qui en sortira vainqueur ?

Question posée par Jo, lors de l’interview précédente
« Robin, compte tenu de tes autres activités et du temps que tu dois y consacrer, vas-tu continuer à t’investir pendant longtemps pour notre association ? »
Robin : J’adore notre association, son fonctionnement, l’état d’esprit qui règne à l’A.L.B.E.U et la camaraderie entre les générations. J’ai eu la chance de recevoir un magnifique accueil à mon arrivée et c’est avec un grand plaisir que je continuerai à en être un bénévole actif, aux côtés de nombreuses personnes que j’apprécie tant et à qui notre association doit tant ! Un grand et sincère merci à chacune et à chacun de nos bénévoles, à l’ensemble de nos dirigeants avec qui c’est un grand plaisir de travailler, ainsi qu’à toutes et tous nos sociétaires, sans qui nous ne serions rien !

J’en profite pour souligner que dès le départ, la présence de Philippe Charra, un autre jeune dirigeant du club (président de l’équipe de club sportif) a beaucoup contribué à mon implication. Nous avons besoin de jeunes (et moins jeunes !) qui s’engagent dans les clubs pour y insuffler une nouvelle dynamique, alors les copains, n’hésitez pas 🙂 !

Petite question footballistique bonus : ton joueur de foot préféré ?
Celui qui m’a fait « rêver » quand j’étais plus jeune : Zizou.

 

En attendant d’avoir le plaisir de vous retrouver à l’A.L.B.E.U, sur nos jeux et sur les terrains boulistes lyonnais et d’ailleurs, nous vous souhaitons à toutes et tous, ainsi qu’à vos proches, bon courage ! Nous renouvelons notre soutien à l’ensemble des personnes qui travaillent pour améliorer la situation sanitaire de la France : les soignants, les aidants, les bénévoles, les scientifiques. Ainsi qu’aux ami(e)s de l’A.L.B.E.U touchés par le virus et à leurs familles. Prenez soin de vous et des autres !

Commentaire sur “En tête à tête avec Robin Chauchot”

Les commentaires sont fermés.