En tête à tête avec Kamel Moussaoui

En cette période sans actualité sportive, retrouvez une longue série d’interviews des joueuses et joueurs de l’A.L.B.E.U ! Continuons avec Kamel Moussaoui, licencié à l’A.L.B.E.U et joueur de notre équipe de club sportif.

Pour commencer cette interview, peux-tu te présenter stp ?
Kamel Moussaoui, né le 28 février 1978 dans le 2e arrondissement de Lyon ; aujourd’hui âgé de 42 ans. Technicien sur une ligne de montage chez Renault Trucks.

Quelles sont tes occupations extra-professionnelles, à part jouer aux boules bien sûr ?
La plupart du temps je m’occupe de mes 3 enfants Waël, Delya et Dayana. Je navigue entre le foot, Waël jouant en club, et l’athlétisme, que pratique ma fille. Quel bonheur de les voir pratiquer ces disciplines ! De mon côté j’aime aussi les moments de convivialité avec mes amis de l’A.L.B.E.U.

As-tu pratiqué d’autres sports et est-ce encore le cas aujourd’hui ?
Oui, j’ai pratiqué le foot pendant 12 ans au sein du club de l’Etoile Sportive Trinité (Lyon 8e arrondissement), jusqu’en première année “seniors”. J’ai eu l’occasion de jouer à l’A.S. Saint-Priest par la suite, mais j’ai rapidement été contraint d’arrêter, suite à une maladie génétique diagnostiqué en « cadets ».
Ensuite, j’ai commencé les boules, à l’âge de 16 ans, en prenant ma première licence à la Boule des Travailleurs, mon père étant alors licencié dans ce club. J’ai découvert, grâce à mon ami Jacques Di Jorio, le CFB (centre de formation bouliste) de Bron. Jacques m’y emmenait chaque mercredi soir, avec notre ami Lionel Guy, à bord d’une R5 (aïe, cela remonte !). Je remercie vraiment ces deux personnes sans qui je n’aurais probablement jamais connu le sport-boules lyonnaise et toutes ces années qui ont suivi !

Tes goûts musicaux ?
En réalité j’apprécie tous les styles de musique, mis à part l’électro, un peu trop branchée pour moi !

Ton film préféré ?
Je ne regarde pas réellement de films à part ceux tirés de faits réels. Je préfère les reportages et le sport.

A quel âge as-tu commencé le sport-boules lyonnaise ? Comment as-tu découvert notre discipline ? Dans quels clubs as-tu évolué tout au long de ton parcours bouliste ?
Commençant à 16 ans, j’ai d’abord joué à la Boule des Travailleurs, où mon père était licencié. Le club était d’ailleurs situé à 20 mètres de mon club de foot !
Ensuite j’ai intégré le CFB de l’A.L.B.E.U (nous étions alors 5 joueurs) tout en gardant d’abord ma licence aux Travailleurs. Puis, pendant quelques années, j’ai entraîné les jeunes à l’A.L.B.E.U, avant de faire 3 saisons blanches puis de reprendre à l’A.L.B.E.U, club que je n’ai jamais plus quitté.

Peux-tu nous présenter ton palmarès ?
Euh, est-ce que les 32 doublettes comptent ? 🙂
Il est très faible :

  • 32e de finale de championnat de France en quadrettes,
  • vice-champion de France en club sportif N4 avec l’A.L.B.E.U,
  • demi-finaliste du championnat de France N3 cette saison avec l’A.L.B.E.U.

Quel est ton poste ou ta formation favorite ?
Mon poste favori est d’être pointeur. Mais je préfère tirer, lorsque ma maladie me le permet. Quoiqu’il en soit, ce que je préfère c’est passer de bons moments avec mes amis.

Ton meilleur souvenir bouliste ?
Chaque moment partagé avec mes amis du club est un bon souvenir (Je pense notamment à Nice, Baneins, Grand-Croix, Chalet, etc.). Je crois y avoir laisser mon empreinte, n’est-ce pas Phil ??
Je pense aussi aux supers moments que nous passons tous ensemble les soirs après les matchs de club sportif.
Sinon, un souvenir impérissable : 1998 à Port Barcares, lors des championnats de France UFOLEP où j’étais présent en tant que moniteur et manager.

Ton pire souvenir ?
Il s’agit de la finale du championnat de France que nous avons perdu, avec l’équipe de l’A.L.B.E.U, en club sportif en 2017. Certaines défaites sont plus difficiles à encaisser que d’autres mais au bout de 2 heures on passe à autre chose.

Comment as-tu découvert l’A.L.B.E.U et depuis quand y es-tu licencié ?
Je connaissais l’A.L.B.E.U car je venais y jouer étant jeune, avant d’ensuite y rentrer en tant que jeune joueur, puis entraîneur et maintenant licencié assidu.

Comment vois-tu notre club, notre équipe de club sportif et l’état d’esprit qui y règne ?
Nous avons une très belle équipe, avec des joueurs de qualité et de nouveaux joueurs qui se sont intégrés à la perfection. C’est un pur bonheur d’évoluer avec chacun. Je pense que l’on est encore capable de faire mieux sportivement parlant, mais le plus important reste que tout le monde prenne du plaisir.

Un petit mot ou une anecdote à raconter en lien avec tes saisons passées à l’A.L.B.E.U ?
Des anecdotes j’en ai à revendre ; il faut dire que j’en accumulait durant ma vie de célibataire (n’est-ce pas Phil, Quentin, Serge ?) 🙂
Que de très bons souvenirs !

Quelles sont tes ambitions pour les saisons à venir, collectives et personnelles ?
Comme tout le monde, je pense que j’aimerais un jour remporter un titre de champion de France avec mes amis, et pourquoi pas décrocher une nouvelle qualification à un championnat de France « traditionnel ».

T’entraînes-tu souvent ?
Je peux m’entraîner un jeudi tous les 15 jours ; entre mes enfants et mes horaires de travail c’est de plus en plus dur de trouver du temps !

Si tu pouvais remonter le temps et que tu avais la possibilité de donner un conseil au petit garçon (bouliste) que tu étais, quel serait-il ?
« Reste comme tu es ».

Une question que tu aurais aimé que l’on te pose durant cet interview ? N’hésite pas à y répondre.
Joker !

Qui souhaites-tu voir interviewé lors du prochain portrait. Quelle question supplémentaire veux-tu lui poser ? Nous lui poserons !
Pour la prochaine interview je “passe la boule” à notre coéquipier et ami Nordine Messaoud !

  • Nordine, on te sait ami proche et de longue date de notre licencié Quentin Catafort, joueur de la quadrette 2e division de l’A.L.B.E.U et de notre équipe de club sportif. Peux-tu nous raconter comment est née cette belle amitié ?

Questions posées par Flo lors de l’interview précédente
1) Peux-tu nous remémorer l’excellente mène que nous avons réalisée lors de notre association en doublette lors des AS à Dardilly ? Je veux tous les détails !
2) J’ai une grande interrogation à ton sujet. Pourquoi lors de tes échauffements, sachant que tu vas pointer, pendant la partie, tu tires plus de boules que le tireur avec lequel tu vas jouer ? Pourquoi tu fais ça !?
3)
Quand est-ce que nous ferons un concours ensemble à Nice ? Il paraît que c’est ta terre de prédilection…”

Kamel :

  • Honnêtement je ne me souviens plus trop de la mène, j’ai préféré l’oublier ! Je me souviens tout de même qu’on a fait jouer 6 boules avec la première que nous avons pointé, et qu’on a pris 6 points à la fin de la mène !! Seule et unique fois de ma vie où cela m’est arrivé !
  • Tout d’abord, Flo, je ne tire pas davantage que mon tireur ! A vrai dire je préfère tirer mais le problème c’est que, comme je le disais plus haut, je ne peux pas gérer mon corps comme je le souhaite à cause d’une maladie génétique ; ainsi j’en profite quand je peux le faire.
  • Pour le concours à Nice, c’est quand tu veux mon ami…il faudra simplement que je fasse un bon de sorti ! Mais prochainement avec plaisir mon ami !

Petite question footballistique bonus
Un seul mot : ALLEZ l’OL !

 

En attendant d’avoir le plaisir de vous retrouver à l’A.L.B.E.U, sur nos jeux et sur les terrains boulistes lyonnais et d’ailleurs, nous vous souhaitons à toutes et tous, ainsi qu’à vos proches, bon courage ! Nous renouvelons notre soutien à l’ensemble des personnes qui travaillent pour améliorer la situation sanitaire de la France : les soignants, les aidants, les bénévoles, les scientifiques. Ainsi qu’aux ami(e)s de l’A.L.B.E.U touchés par le virus et à leurs familles. Prenez soin de vous et des autres !